Revue de presse

L’Express
C'est à la fois un pan d'Histoire qui défile sous nos yeux et un formidable feuilleton littéraire. C'est surtout l'épopée de trois êtres humains déchirés entre leur génie, leurs ambitions et leurs amours. Cette confrontation Sand-Hugo-Balzac est inédite à la scène et méritait une telle attention.
Christophe Barbier

La Provence
Trois écrivains pour trois comédiens dans un spectacle sublime.
Trois génies de la littérature du 19° siècle se rencontrent, s'écrivent, se retrouvent à nouveau.
On assiste à leurs échanges, leurs dialogues, dans un contexte historique des années 1830 particulièrement tourmenté et artistiquement florissant. Manon Montel, auteure de la pièce, joue le rôle de Sand, Jean-Christophe Frèche celui de Hugo et Stéphane Dauch celui de Balzac. Tous trois sont remarquablement crédibles dans l'aspect historique de leurs personnages, et bouleversants lors de leurs interprétations des textes extraits des chef d’œuvres de ces auteurs.
La pièce révèle avec tact, délicatesse et réalisme les traits et caractères les plus significatifs des trois écrivains aux prises de leurs passions, leurs ambitions, leurs amours... Cela sans occulter leurs tourments, leurs confrontations et rivalités, leurs faiblesses humaines, leurs échecs parfois. La pièce relate aussi les anecdotes de leurs vies privées et publiques ainsi que de leurs combats politiques et sociaux.
Le récit est magnifiquement ponctué par la musique de Chopin. Un rare et sublime moment de théâtre où l’intelligence rivalise avec l'émotion, l'érudition avec l'élégance.
Frédéric Jullien

Toute la culture
Manon Montel a écrit un texte autour de trois figures de la littérature du 19ème siècle, Hugo tout à son romantisme, Balzac à son roman réaliste et Sand à son combat féministe. Trois grands écrivains qui se rencontrent autour de leur travail et de leurs amours compliquées )entre 1830 et 1845. Hors champ, l'empire, la république, le second empire, ce champ politique dont nous sommes aujourd'hui les enfants. Nous revivons le combat de Hugo contre la peine de mort, celui de Sand contre la sujétion des femmes. Nous découvrons un Balzac homme à femmes affairiste raté. Nous revivons la "Bataille d'Hernani" au Français, la mort de Leopoldine. Entre autres. Par son écriture dialoguée Montel parvient à nous faire pénétrer dans le quotidien des trois génies. Ils papotent simplement alors qu'ils sont nos repères comme prémices à nos questions actuelles et à notre rapport à la littérature. Merveilleux de côtoyer durant une heure ces trois écrivains sans lesquels nous serions bien différents aujourd’hui tant leurs œuvres et leurs pensées nous traversent encore. Ce merveilleux est étayé par trois talentueux comédiens.
Une pièce qui, selon l'expression du Vaucluse, fait crème. Nous aurons voyagé dans le temps pour saluer notre commencement.
David Rofé-Sarfati

Bouquivore
Dans cette pièce résolument moderne, très bien écrite et très documentée, Manon Montel a imaginé  des rencontres, à différentes périodes de leur vie – et toujours à deux –,  entre trois monuments de la littérature française qui se respectaient, s’appréciaient, s’enviaient et… se côtoyaient réellement dans la vie. Trois personnages emblématiques des courants littéraires et politiques du 19ème siècle. Honoré de Balzac, sûrement le précurseur du réalisme à la française avec sa Comédie Humaine, monstre aux six cents personnages dans lequel il a voulu « enfermer son époque ». Victor Hugo, poète romantique, essayiste puis romancier social aux écrits innombrables. Enfin – la meilleure pour la fin ? – George Sand, féministe avant la lettre, femme de lettres, activiste éprise de liberté et de justice sociale, et grande amoureuse (Alfred de Musset puis Chopin ont vécu avec elle). De bords politiques différents, ils vont défendre leurs idées pour le plus grand plaisir des spectateurs.
1830 : Sand, Hugo, Balzac : tout commence est un ouvrage fin et engagé qui mélange habilement les actualités de l’époque par une utilisation intelligente de la voix off, des réparties théâtrales à deux personnages dans lesquelles ils confrontent leurs idées, leurs ambitions, leur vie personnelle et amoureuse. Tout en proposant de larges morceaux (bien) choisis de leurs œuvres qui donnent à réfléchir sur des problèmes encore – malheureusement – de mise aujourd’hui : la condition des femmes, les inégalités sociales, la misère de certains…
La pièce nous montre aussi combien des auteurs aussi importants de la vie littéraire française pouvaient se montrer jaloux et rivaux dans leur vie privée comme dans leur vie d’écrivains (rivalité Hugo-Balzac pour un siège à l’Académie) tout en s’estimant et s’admirant au plus haut point. Et en se soutenant dans les moments les plus difficiles. Jusqu’à la mort de chacun deux : en 1850 pour Honoré de Balzac, à 51 ans, et en 1876 pour George Sand, à 71 ans, pour lesquels Victor Hugo écrira un éloge funèbre vibrant. En 1885 pour Victor Hugo, à 83 ans.
Devant nous défilent des événements historiques importants qui ont marqué le 19ème siècle : la révolution des Trente Glorieuses, les sursauts de la monarchie : Charles X puis Louis-Philippe, la Révolution de 1848, le coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte… qui servent de prétextes à leurs conversations sans pour autant nous donner une leçon d’histoire.
Cathy