Revue de presse

Marianne
Ce thriller théâtral est mené au rythme d’un film à mi chemin entre le cynisme de Quentin Tarantino et la noirceur d’un Pasolini. La patte de Fausto Pavarino, coqueluche de la scène italienne, se retrouve dans la recherche d’innovations dramatiques qui scandent une pièce menée à tombeau ouvert. S’il y a une victime et un assassin à trouver, l’enquête sera menée à travers six voix qui se relaient, sur fond d’une violence qui touche tous les personnages.
Les scènes s’enchainent avec un décor minimum, pas question de souffler. Les mots sont à couper au couteau. La vidéo, projetée sur grand écran en fond de salle, donne le minimum nécessaire pour se repérer dans un univers oscillant entre humour et sarcasme, souffrance et provocation. L’ultime rebondissement de la fin prouve que le polar théâtral, ce n’est pas du cinéma.
Article de Jack Dion publié le 31 Mai 2017 disponible sur Marianne.net

Télérama - TT
L'écriture de Fausto Paravidino situe l'action dans un monde misérable où les loubards sont des bras cassés et les soirées des jeunes filles se déroulent entre drogue, alcool et sexe. Les personnages : une morte, un couple désuni, une jeune fille fuyant la guerre en Europe de l'Est et « travaillant » sur le périphérique pour tenter de refaire sa vie… C'est glauque mais drôle, jamais très loin d'une certaine distance ironique. Il n'empêche que ce thriller monté de main de maître avec un sens formidable du rythme, retient notre attention de bout en bout. Misère, désœuvrement, perte des valeurs : ce sont les bas-fonds de notre monde vus avec justesse, le tout servi par de bons comédiens.
Par Sylviane Bernard-Gresh, le 16 mai 2017

L'Humanité
Avec « Nature morte dans un fossé » Céline Lambert met en scène un polar imaginé par Fausto Paravidino. Avec comme principe que chaque acteur donne vie à un monologue [...] A travers ces personnages, ces tranches de vie, en usant d’un langage cru sans faux semblant Fausto Paravidino explique qu’il « souhaite raconter le contemporain comme s’il était classique" [...] Le récit est nerveusement mené.
Article de Gérald Rossi publié le 16 mai 2017 disponible sur L'Humanité.fr

Le Monde
Cela dit si la forme est celle du divertissement, ne nous y méprenons pas Fausto PARAVIDINO entend dénoncer la violence sociale derrière le vernis de la generation Facebook. Vernis, il y a toujours eu évidemment mais la charge de Fausto PARAVIDINO se révèle très percutante dans ce spectacle, ma foi, fort dynamique, servi par une ardente distribution !
Article de Evelyne Trân publié le 16 mai 2017 disponible sur Le Monde.fr

Web Théâtre
Peu à peu, le spectacle trouve son rythme et sa vérité. Livrés à leur solitude dans les monologues, Gwanaëlle Hérault, Romain Pirosa, Melchior Carrelet, Mehdi Harad, Isabelle Coulignier et Raphaël Beauville ont des personnalités sensibles ou puissantes. Ils forment une belle équipe.
Article de Gilles Costaz publié le 16 mai 2017 disponible sur Webtheatre.fr

FIP
La manufacture des Abbesses à Paris affiche "Nature morte dans un fossé" de l'auteur italien Fausto Paravidino ! un spectacle étonnant qui vous fera plonger dans un polar du meilleur cru ....L’histoire commence avec un meurtre : celui d’une jeune fille, retrouvée au petit jour dans un fossé, nue, rouée de coups. Et, comme le dit l’inspecteur Salti, chargé de l’enquête, « ça fait scoop, et avec les scoops, on bosse mal ». L'enquête sera complexe, donc !  17 monologues, 6 voix, une victime, un assassin , ....une enquête ! .... dans une atmosphère sombre mais pleine d’humour. ...entre Pouy et Vargas ! Vous qui dites souvent je m'ennuis au théâtre ....! trop de verbes et pas assez d'actions : Venez frissonner à la manufacture des Abbesses avant Avignon cet été ....Nature morte dans un fossé de Fausto Paravidino du 11 mai au 11 juin à Pariggi !
Par Jane Villenet, le 15 mai 2017

Altantico
Ce spectacle novateur dans sa forme et dans son écriture, se montre plus révélateur des problèmes inhérents à une société en mal être, que beaucoup de démonstrations plus intellectualisées vues ailleurs. Ce Kaléidoscope de personnages colorés, évolue dans un rythme fou, avec une efficacité redoutable et drôle, en dépit de la tragédie du propos. A voir résolument.
Article de Danielle Mathieu-Bouillon publié le 15 mai 2017 disponible sur Atlantico.fr

SNES
Si la pièce se situe dans une tonalité noire, elle est aussi imprégnée du comique grinçant de la comédie italienne des années 60 avec ses petits délinquants très pieds nickelés qui ratent tout [...] Céline Lambert a réussi à faire de ce qui pourrait n’être qu’une banale histoire policière une vraie pièce de théâtre où on s’accroche à une histoire et à des personnages -même si ce sont des archétypes- et où sous le drame se cache le rire.
Article de Micheline Rousselet publié le 13 mai 2017 disponible sur SNESE.edu

Théâtre Passion
Les comédiens sont dynamiques et extraordinaires, ils vivent leurs personnages, certes l’atmosphère est glauque, les images difficiles à voir parfois. A voir pour découvrir un auteur et une excellente troupe.
Article d'Anne Delaleu publié le 12 mai 2017 disponible sur le blog ThéâtrePassion

Toute la culture.com
Chose peu commune pour le genre, on rit. On rit car l’auteur nous livre ici une enquête policière totalement déjantée, avec des personnages hauts en couleur, renforcée par une mise en scène sobre, mais efficace.
Article de Magali Sautreuil publié le 12 mai 2017 disponible sur Toutelaculture.com